Les mystères de l’Alta Gallura dans une belle excursion pour les familles

Partager c'est aimer!

Au nord de la Sardaigne, Oschiri Alta Gallura, située entre lac et forêt, est un beau carrefour propre à attirer la curiosité des parents et des enfants en vacances.

Domus de janas, ou « maisons de fées » disséminées parmi les arbres, vestiges de nuraghi, murets de pierres sèches et figuiers de barbarie, grand lac ondulant au vent du couchant, églises en trachyte rouge et vert isolées sur des buttes. Et à proximité une grande forêt domaniale intacte. Ces attractions sont-elles suffisantes pour inviter les familles en vacances à planifier un grand voyage ici ? Définitivement oui.

Nous sommes un Oschiri, dans la haute Gallura, une ville dans une position stratégique depuis l’Antiquité, à tel point que l’histoire de cette région a une continuité qui dure depuis des millénaires. Pas la Sardaigne de La Costa Smeralda, donc, déjà très réputée. Mais l’arrière-pays sarde, entre Gallura, Logudoro et Barbagia.

Oschiri mérite donc au moins un week-end de balades et de découvertes. À première vue, l’environnement est somnolent et calme : une grande église sur la place centrale, des avenues aérées bordées d’arbres et de maisons colorées à deux étages, des boutiques d’artisanat, des parfums qui se répandent autour de l’heure du déjeuner vous font imaginer un lieu où les heures passent lentement.

Mais si la petite famille a la patience de parcourir la ville et ses alentours, des dimensions inattendues se découvrent. Pour commencer, un mystérieux autel, l’autel rupestre de Santo Stefanoune longue base en granit gravée de symboles géométriques : niches triangulaires, semi-circulaires et quadrangulaires.

Ici, les questions intrigantes commencent. Difficile de répondre à l’insistance des enfants. Quelles étaient ces pierres mystérieuses ? Peut-être le témoignage d’un intérêt ancien des populations pastorales pour les signes liés aux religions cosmiques ? ou une œuvre de l’époque romaine, voire de l’époque byzantine ?

On pourrait expliquer aux enfants, par exemple, que les moines basiliens refusaient de représenter l’image de la divinité et n’utilisaient que des figures géométriques. Ensuite, en marchant dans la zone où se trouve l’autel de Santo Stefano, ici l’attention est captée par de nombreuses immenses Domus de Janas, dispersés dans la campagne.

Ici aussi, des mystères et des questions intrigantes. Maisons de géants, monuments préhistoriques ou, plus vraisemblablement, grands complexes funéraires qui forment-elles de véritables nécropoles du quatrième millénaire avant notre ère ? Les questions se rassemblent et vont à l’envers. Voici une excellente idée pour vivre une excursion en famille comme une leçon éducative.

Les enfants commenceront à se familiariser avec les distinctions historiques au sein d’un territoire : âge préhistorique, âge nuragique, âge romain, âge médiéval. Bien sûr, il n’est pas facile de tout comprendre immédiatement. Mais il est important de regarder attentivement les signes du passé et d’expliquer aux enfants en vacances qu’ici, en Gallura, il existe une stratification riche de 50 siècles.

Voici donc, après les balades et les premières découvertes dans la région, une longue halte à Musée archéologique d’Oschiri. Autres découvertes et autres explications. Qui aurait pensé qu’un petit bronze de l’âge nuragique, d’environ 800 av. J.-C., en forme de charrette (boîte à bijoux ou char de combat ?) à quatre roues, parfaitement conservé et décoré, soit le seul exemple de ce type retrouvé dans Sardaigne ?

Et pourquoi cette richesse de trouvailles archéologiques, obsidiennes, céramiques, bronzes, verres ? Oschiri, l’un des plus anciens centres urbains de Sardaigne, était au centre d’un vaste territoire riche en eau : d’où la fertilité et la facilité des voies de communication qui unissaient l’est et l’ouest de la Sardaigne, ce que sont aujourd’hui les régions d’Olbia et de Sassari.

Ainsi il sera possible d’expliquer aux enfants comment un lieu peut devenir un carrefour absolument stratégique pour dominer la Méditerranée. Et ce n’est pas tout. Pour les enfants plus âgés, il sera également intéressant de découvrir qu’à Oschiri, il y avait l’installation de légions romaines et la construction d’un « castrum ».

C’est pourquoi le terme « castro » apparaît au nom de Notre-Dame de Castro, la splendide église du 1100 en trachyte rouge qui se détache au milieu de la végétation environnante. Particulièrement suggestif au coucher du soleil, dans le silence et la solitude. De là, vous pourrez admirer le panorama entre la Gallura et la plaine du Logudoro, le lac Coghinas, la chaîne du Limbara et la campagne d’Oschiri.

Notre-Dame de Castro est donc le plus bel et le plus intéressant exemple d’église romane pisane de la région. Mais une autre église à ne pas manquer est Notre-Dame d’Otti. Plus petite, mais tout aussi suggestive, isolée dans un paysage de montagne : tout autour une campagne à perte de vue, de spectaculaires rochers de granit érodés par le vent et l’eau, des bois de chênes verts et de chênes-lièges, des haies de bruyère, de genévriers, de myrte et de lentisque.

Dans ce paysage plein de senteurs, les enfants découvriront la forêt À propos de Filigosu, la forêt domaniale protégée, propriété de la région. Quoi de mieux pour découvrir les sports de plein air ? trekking, balades à vélo, belles promenades. Sans oublier que Su Filigosu abrite également un laboratoire d’extraction de miel, où est produit un excellent miel aux senteurs parfumées : fleur sauvage, lavande, arbousier, ainsi queabbaméléun dérivé du miel parfait pour accompagner les fromages.

Et le miel introduit le monde savoureux de la gastronomie et des vins locaux : lEt « Pandas » du Mme LellaPropriétaire de « Saveurs d’Oschiri », tartelettes fourrées à la viande ou aux légumes, les fromages de Fogu Caseariapecorino romano, pecorino sardo, ricotta, seadas recouvertes de miel, nougat sarde, papassini, origliette.

Pour une halte pour toute la famille, juste au bord du lac Coghinas, voici une fermette vraiment splendide : la « Nuraghe du lac Coghinas », parmi les myrtes, les arbousiers et les chênes-lièges, avec une cuisine typique et authentique, et la possibilité d’organiser des excursions dans les environs, comme une visite à l’aube de la ferme Demarcus avec l’agriculteur, une visite au laboratoire panadas, et enfin un agréable moment de détente avec apéritif sarde au bord de la piscine.

Information de voyage

Texte de Franca D. Scotti
Photo de Franca D. Scotti, Unsplash / Jessica Rockowitz ; Nathan Dumlao

Laisser un commentaire