Crèches et PNRR : perdons-nous une opportunité ?

Partager c'est aimer!

Les faits : l’appel de 2,4 milliards d’euros du Plan National de Relance et de Résilience (PNRR) en faveur des Communes pour l’augmentation des places en maternelle a expiré le 28 février, et projets arrivés pour seulement la moitié des ressources disponibles. Sud pratiquement absent. Le gouvernement a prolongé les termes de l’appel jusqu’au 31 mars, mais il y a un certain pessimisme quant à son succès : sommes-nous en train de gâcher cette occasion unique de voir les services de garde augmenter ?

Le point de départ : quelques crèches

La dernière donnée utile est une Enquête Istat sur l’année scolaire 2019/2020: fin 2019 ils étaient actifs dans toute l’Italie 13 834 services pour la petite enfance 0-3 anspour un total de 361 318 sièges, la moitié dont dans structures publiques gérées par les Communes. 78,8% des places sont constituées de véritables crèches, les autres sont situées dans des jardins d’enfants qui ont une section pour les enfants de 24 à 36 mois, et dans d’autres services complémentaires.

Ces chiffres nous indiquent qu’un enfant sur quatre de moins de 3 ans en Italie a accès à une crèche, dont un couverture moyenne nationale de 26,9 %. Bien moins que le 33% (un enfant sur trois) ce l’Union européenne indique comme paramètre minimal. Pour donner un autre indicateur de notre retard, la couverture moyenne des pays de l’UE est de 35,3 %.

Les crèches sont mal réparties en Italie

Grande est donc la différence à l’intérieur de notre pays et à l’intérieur des provinces elles-mêmes : le Nord-Est et le Centre dépassent l’objectif européen (34,5% et 35,3% respectivement), tandis que le Nord-Ouest est légèrement en dessous (31,4%). Le sud et les îlesmême si de grosses améliorations sont constatées d’année en année, elles enregistrent tout de même une couverture très faible: 14,5 % et 15,7 % respectivement.

Il existe également un écart important entre les chefs-lieux de province et les communes de la zone afférente : les premières atteignent globalement une couverture moyenne de 34,8 %. Toutes les autres communes disposent en moyenne de 23,7 places pour 100 habitants de moins de 3 ans.

crèches pnrr appels 2022

L’objectif du Gouvernement avec le PNRR

Globalement, le Gouvernement a prévu 4,6 milliards pour la Mission 4 du PNRR (Enseignement et Recherche) pour renforcer les infrastructures des services éducatifs pour les 0-6 ans. Quant aux crèches, le but est là création d’environ 228 000 places de plus que les places actuellesatteindre l’objectif européen de 33 places disponibles pour 100 enfants de moins de 3 ans sur l’ensemble du territoire national.

Augmenter les services de garde d’enfants, c’est donner un soutien concret aux familles et surtout aux femmes: on rappelle que le taux d’emploi des femmes en Italie est de 49%, et que 2 femmes sur 10 quittent leur emploi après leur premier enfant car, lorsqu’il n’y a pas de réseau de soutien adéquat, c’est sur les épaules de la femme que repose l’écrasante majorité des les cas tombent. travail de soins. L’équité entre les sexes figure entre autres parmi les objectifs transversaux de toutes les missions du PNRR.

L’appel d’offres pour les écoles maternelles est devenu presque vide

Dans le cadre de l’appel plus large du ministère de l’Éducation, lié au PNRR et expiré le 28 février, avec des ressources pour la construction de nouvelles écoles, le réaménagement des anciens et la numérisation, le plan maternelle a mis 2,4 milliards à disposition des communes, dont 55% à destination du Sud. Mais seuls 1,4 milliard de projets ont été présentés, et les grands absents sont bien de nombreuses communes du Sud. À tel point que le gouvernement a prolongé l’interdiction jusqu’au 31 mars et activé une série d’initiatives pour soutenir les candidatures.

Les raisons de l’échec peuvent être différentes : allons-y la difficulté des communes, surtout les plus petites, à rédiger des projets apte à intercepter des fonds européens. Il faut du temps et un professionnalisme formé pour le faire, et ce n’est pas nouveau que le personnel technique des Municipalités soit réduit à l’os. C’est d’ailleurs le risque énorme que court l’ensemble du pari du PNRR, sachant que 87,4 milliards sur les 221,1 qui le composent sont destinés aux collectivités territoriales (Régions, Provinces et, de fait, Communes).

De plus, sur les crèches se bloque incertitude future sur les ressources de gestion: une commune peut avoir peur de construire un nid, si alors elle n’a aucune garantie de pouvoir le faire vivre. Surtout s’il part de zéro parce qu’il n’en a pas déjà, et n’a donc aucune expérience dans la conception de services éducatifs.

Lire aussi l’article Ce qu’il faut savoir sur l’allocation unique pour enfant

Laisser un commentaire